JAZZ – INTER’ARTS
Entrez un sous-titre ici


Contrairement aux éditions précédentes qui s'appuyaient avant tout sur les lettres (texte), la Semaine 2017 propose comme point de départ les sons et met en exergue la musique de jazz. Le choix du thème de la 25ème édition des Semaines polonaises est motivé par la conviction que la présence significative et polymorphe du jazz dans la culture musicale polonaise n'est pas accompagnée, dans les proportions adéquates, d'investigations, de réflexions et de commentaires pertinents au plan international. De même, l'opinion répandue en France - selon laquelle le nombre de publications consacrées au jazz dans les pays de l'Est serait insuffisant et la présence du jazz dans les médias, dans l'éducation musicale, dans l'espace public et dans la conscience collective serait trop marginale - résulte en grande partie du peu d'approches scientifiques sur ce thème et de la diffusion restreinte des études menées dans ces pays.

Il est important de souligner que le jazz, arrivé en Europe dans les années 1920, a bouleversé les normes et les codes culturels, en particulier dans les pays de l'Est, dont la Pologne. Cette dernière est devenue pourtant un terreau fertile où ont émergé de nombreux groupes de jazz. En même temps, le cinéma, la littérature et les arts visuels s'en sont emparés, tantôt comme source d'inspiration, tantôt comme moyen d'illustration. Rappelons que pour les générations d'après-guerre, brimées par la doctrine du réalisme socialiste stalinien imposée à toute création artistique, le jazz venu d'Amérique était une forme de protestation, une revendication de liberté, un refuge devant la grisaille ambiante et le rêve d'un monde meilleur...

Pour remédier à cette relative méconnaissance de la « culture jazz polonais » en France, il semble opportun de proposer une plate-forme d'échanges permettant de découvrir différents travaux sur le jazz du point de vue musicologique et aussi en tant que phénomène socioculturel. Par conséquent, la 25e édition des Semaines polonaises a pour but d'explorer, dans la perspective contrastive, les évolutions et les contradictions suscitées par la musique de jazz, en associant les aspects artistiques et culturels aux aspects historico-politiques, donc en réunissant les approches des musicologues, des critiques de jazz, des jazzmen, des historiens et des sociologues. Cette démarche interdisciplinaire permettra de mieux comprendre l'inacceptation et, en même temps, la fascination exercée par le jazz sur les détenteurs du pouvoir embarrassés par son caractère subversif, mais incapables de contenir son succès.

Le programme se tissera autour du colloque qui constitue le socle théorique de cette édition ; il sera ensuite illustré de plusieurs modes d'expression artistique : musique, littérature, cinéma, arts visuels et arts de la scène.

Ce sont bien évidemment les concerts, interprétés par les jazzmen d'hier et d'aujourd'hui, qui émailleront richement le programme artistique de la manifestation (Michał Urbaniak, Leszek Możdżer, Wojciech Karolak, Femi Temowo, Troy Miller et artistes toulousains). Il est surprenant d'imaginer le nombre de films - de fiction, courts-métrages, documentaires et d'animation - qui ont utilisé le jazz comme bande-son. Projetés au cours de cette édition, les films (de R. Polański, A. Wajda, J. Skolimowski, A. Wasylewski, M. Kijowicz, etc.) constitueront un commentaire précieux de la perception du jazz en Pologne avant la chute du Mur. Nous verrons ensuite, lors des spectacles théâtraux et chorégraphiques présentés par les troupes universitaires, comment les caractéristiques essentielles du jazz - la mise en valeur de rythmes et la prépondérance de l'improvisation - sont transposées dans le langage du geste. Quant aux arts visuels, les expositions de photographies et d'affiches réalisées par des peintres, graphistes et photographes polonais (A. Pągowski, W. Świerzy, A. Mleczko, P. Młodożeniec, L. Majewski, A. Wasylewski etc.) démontreront la présence de ce motif musical dans leurs productions. Il faut noter également l'influence du jazz sur la littérature ; tantôt comme motif sémantique, tantôt comme principe structurant, cette influence fera l'objet de débats lors du colloque et de la table ronde qui clôturera la Semaine.

Toutes les séances - colloque, table ronde, expositions, concerts, spectacles théâtraux, chorégraphiques et cinématographiques - se dérouleront sur le campus, mais seront également diffusées dans différentes salles dédiées à la culture en ville. La 25e édition des Semaines sera donc l'occasion de faire connaître le jazz polonais dans la ville de Claude Nougaro...